3 février 2016

Les premières pages du calendrier à peine tournées, voilà que la problématique des fusions reprend du service avec des fusionneurs toujours plus arrogants, des populations nouvelles confrontées au projet de fusion de leur commune et, déjà, les premières conséquences néfastes qui frappent les citoyens déjà embarqués sur les bateaux de la fusion.

Ainsi, suite aux élucubrations du Préfet de la Gruyère l’an dernier, l’ensemble des exécutifs de la Gruyère a été convoqué autour du méga-projet de fusion de 25 communes en une seule. Un district, une commune. L’idée folle fait son chemin et les prétentions mégalomaniaques aussi. Après les Franches-Montagnes, la Veveyse et maintenant la Gruyère, les concepts délirants poussent comme les champignons. Rappelons, pour ceux qui n’ont pas suivi les chapitres précédent, que le but ultime est bien celui-là : une Suisse de mégapoles… en attendant la suite ! Ceci n’est qu’une question de temps!

Avec satisfaction, nous remarquons que les citoyens, alertés par nos propres réflexions et interpellés par le manque d’objectivité souvent flagrant des autorités chargées de défendre les nouveaux projets, sont de plus en plus difficiles à convaincre et n’hésitent plus à poser les questions pertinentes.

Malheureusement, nous constatons aussi que les échos qui nous reviennent des communes fusionnées sont également plus nombreux et fréquemment négatifs. Dans certains cas, comme récemment dans la fusion de Crans-Montana, les réactions sont proprement scandalisées, au point qu’une initiative est déjà en cours pour demander l’annulation de la fusion. Ceci n’est pas une première : rappelez-vous la même démarche entreprise par les habitants de Soulce et Undervelier au printemps passé. Cependant, il est à craindre que la sollicitude des autorités pour ce genre de processus ne sera de loin pas la même que précedemment pour la fusion. A suivre… A encourager et, surtout, à montrer, comme illustration des décisions précipitées qu’on persiste à imposer à la population !

Fusionite.ch