1er septembre 2016

Tels les ronds dans l’eau , à peine commençons-nous à résister à la déferlante des fusions de communes, que se dessine les prochaines vagues.

Après un nouveau chapelet de votations, agendées astucieusement à la rentrée d’une période de vacances où chacun a pu réfléchir et débattre (!!) des arguments pour ou contre la fusion de sa commune avec l’une ou l’autre de ses voisines, les signes avant-coureurs de nouvelles coupes institutionnelles s’amoncellent déjà à l’horizon.

Qu’on se souvienne de la proposition « provocatrice » de Daniel Blanc, ancien syndic de Matran (FR) qui avançait la proposition de remodeler le canton de Fribourg sur la base « un district égale une commune », soit 7 communes pour l’ensemble du canton. A sa suite, Patrice Borcard, Préfet de la Gruyère, trouvant la proposition « pas si saugrenue », après avoir fait une proposition pour une Gruyère à 7 communes, a repris récemment le flambeau des mains de Daniel Blanc et milite maintenant pour une Gruyère passant de 25 communes à 1 seule. Un district, une commune.

La tendance ne fait que de se renforcer et l’on se retrouve même en période de réelle surenchère. Parmi les adeptes de la « page blanche » à remplir pour redessiner un pays conforme à leurs vues, on retrouve principalement les intellectuels des Universités et les milieux économiques. Parmi ceux-ci, le Professeur Pierre-Alain Rumley de l’Université de Neuchâtel a publié un livre en 2010 où il reprend une idée assez proche des ambitions d’Avenir Suisse qui rêve d’une Suisse organisée autour des mégapoles. Affirmant que la Suisse s’est endormie sur un fédéralisme dépassé et inefficace, il propose de passer de 26 à 9 cantons, et d’agglomérer les communes dans des entités d’au moins 10’000 habitants (« cette taille est un miminum, plutôt qu’un optimum » dit-il), pour redynamiser le pays.

Alors… si nous croyions que la déferlante des fusions allait se briser sur les quelques récifs qu’elle a rencontré ces derniers mois, nous nous trompons lourdement. Bien au contraire, je crois qu’il est grand temps de faire déborder notre résistance du simple cadre de nos petites communes, pour prêter mains forte aux prochains candidats à la fusionnite et en nous préparant à des attaques bien plus sévères contre les fondements de notre démocratie directe locale.

                                       Toutes propositions bienvenues !

fusionite.ch